Changó


Shango (langue yoruba : Ṣàngó, également connu sous le nom de Changó ou Xangô en Amérique latine ; et sous le nom de Jakuta ou Badé) est un Orisha, une divinité de la religion yoruba. Généalogiquement parlant, Shango est un ancêtre royal des Yoruba puisqu'il était le troisième Alaafin du royaume d'Oyo avant sa déification posthume. Shango a de nombreuses manifestations, dont Airá, Agodo, Afonja, Lubé et Obomin[1][2] Il est connu pour sa puissante hache. Il est considéré comme l'un des plus puissants souverains que le Yorubaland ait jamais produit.
Dans le Nouveau Monde, il est syncrétisé avec Sainte Barbara ou Saint Jérôme.
Chango (ou Shango) est l'un des Orishas de la culture Santeria et Yoruba de Cuba, transmis à la génération suivante par voie orale ainsi que par les chants et les danses traditionnels. N'oubliez pas que la salsa n'a pas surgi de nulle part - ses origines sont bien plus profondes, puisqu'il s'agit des danses traditionnelles des saints.
 
Pour cette raison, il existe quelques variations dans son histoire, mais le plus souvent, il est décrit comme un roi qui s'est élevé et est devenu l'un des Orishas. Il était puissant et violent, avec de nombreuses batailles à son actif. On dit que son règne s'est terminé lorsque son royaume a été détruit par la foudre.
 
On attribue à chaque Orisha des traits de personnalité uniques qui les distinguent les uns des autres. Chango est influencé par sa nature royale lorsqu'il était humain, le seul saint à avoir traversé la mort, il est très attachant pour ses adeptes en raison de ses traits humains. Il est fier et parfois prompt à se mettre en colère comme une tempête, mais il respire aussi la masculinité, la virilité et le charme avec les dames. Il est logique que Chango ait le contrôle du tonnerre et du feu.
 
Ses faiblesses humaines pour les femmes sont également visibles après son ascension en tant que dieu, et il existe de nombreuses histoires résultant de ses aventures passionnées avec les autres déesses/Orishas. Il a eu trois épouses, dont les saintes populaires Oshun, Oya et Oba.
 
C'est un guerrier redoutable et certaines traditions disent qu'Ogun (un autre grand guerrier) est son rival direct, probablement parce qu'il est dit que Chango a volé la femme d'Ogun (Oshun) pour lui-même.
Chango dieu du tonnerre Orisha santeria.

Figure historique

Sàngó était le troisième Alafin d'Oyo, après Oranmiyan et Ajaka. Il a apporté la prospérité à l'Empire d'Oyo[3]. Selon l'ouvrage Mythological Account of Heroes and Kings du professeur Mason, contrairement à son paisible frère Ajaka, il était un souverain puissant et violent. Il a régné pendant sept ans qui ont été marqués par ses campagnes continues et ses nombreuses batailles. Son règne prit fin suite à la destruction par inadvertance de son palais par la foudre. Il avait trois épouses, à savoir la reine Oshun, la reine Oba et la reine Oya. L'empire d'Oyo tombe dans la guerre civile au 19ème siècle. Il perd Ilorin lorsque les soldats peuls et haoussas de l'Afonja mènent une révolte réussie.

Certains des esclaves amenés aux Amériques étaient des Yoruba, l'un des divers groupes ethniques attirés par la traite atlantique des esclaves, et ils ont ainsi apporté le culte de Ṣàngó au Nouveau Monde. Une forte dévotion à Ṣàngó a conduit à ce que les religions yoruba de Trinidad et de Recife, au Brésil, soient nommées d'après la divinité[4].
Dans le Yorubaland, Ṣàngó est vénéré le cinquième jour de la semaine, qui est nommé Ojo Jakuta. Les aliments du culte rituel comprennent le guguru, le cola amer, l'àmàlà et la soupe gbegiri. Il est également vénéré avec le tambour Bata. Une chose significative à propos de cette divinité est qu'il est adoré en utilisant des vêtements rouges, tout comme il est dit qu'il a admiré les vêtements rouges de son vivant.

Vénération de Ṣàngó

Nigeria
Ṣàngó est considéré comme le plus puissant et le plus redouté du panthéon des orishas. Il jette sur terre une "pierre d'orage", qui crée le tonnerre et la foudre, à quiconque l'offense. Les adorateurs du Yorubaland, au Nigeria, ne mangent pas de niébé car ils croient que la colère du dieu du fer s'abattrait sur eux. Les colliers du dieu Ṣàngó sont composés de motifs variés de perles rouges et blanches, généralement par groupes de quatre ou six, qui sont ses chiffres sacrés. Les roches créées par la foudre sont vénérées par les adorateurs de Ṣàngó ; ces pierres, si elles sont trouvées, sont conservées sur les sites sacrés et utilisées dans les rituels. Aujourd'hui encore, Ṣàngó est invoqué lors des cérémonies de couronnement au Nigeria.

Les Amériques
Ṣàngó est vénéré dans la Santería sous le nom de "Chango". Comme dans la religion yoruba, Chango est le dieu le plus craint de la Santería.
En Haïti, il est issu de la nation "Nago", et est connu sous le nom d'Ogou Chango. Palo le reconnaît comme "Siete Rayos".

Candomblé
Ṣàngó est connu sous le nom de Xangô dans le panthéon candomblé. Il est dit être le fils d'Oranyan, et ses épouses comprennent Oya, Oshun, et Oba, comme dans la tradition Yoruba. Xangô a pris une grande importance parmi les esclaves du Brésil pour ses qualités de force, de résistance et d'agression. Il est connu comme le dieu de la foudre et du tonnerre. Il est devenu l'orixa patron des plantations et de nombreux terreiros candomblés. En revanche, Oko, l'orixá de l'agriculture, n'a pas trouvé grâce auprès des esclaves au Brésil et a peu d'adeptes sur le continent américain. Le barracão principal de Ilê Axé Iyá Nassô Oká, ou le terreiro Casa Branca, est dédié à Xangô. Xangô est représenté avec un oxê, ou hache à double face similaire à un labrys, et une couronne en laiton.

Caractéristiques


  • Jour de consécration : Mercredi
  • Couleurs : blanc et rouge
  • Éléments : le tonnerre, la foudre, le feu.
  • Instruments : oxê, une double hache ; bracelets ; couronne en laiton ; pierres du tonnerre, ou objets frappés par la foudre.
  • Vêtement : tissu rouge avec des carrés blancs imprimés ou des cauris.
  • Collier ou élékes : perles blanches et rouges.
  • Archétype : pouvoir, domination
  • Danse sacrée : alujá, la roda de Xangô. Elle parle de ses réalisations, de ses actes, de ses épouses, de son pouvoir et de sa domination.
  • Animaux sacrifiés : tortue d'eau douce, chèvre mâle, canard, mouton.
  • Aliments sacrés : amalá (ragoût de gombo avec des crevettes et de l'huile de palme). L'amalá, également appelé amalá de Xangô, est le plat rituel offert à l'orixá. Il s'agit d'un ragoût composé de gombo haché, d'oignons, de crevettes séchées et d'huile de palme. L'amalá est servi le mercredi au pegi, ou autel, sur un grand plateau, traditionnellement décoré de 12 gombos non cuits dressés. En raison d'interdictions rituelles, le plat ne peut être offert sur un plateau en bois ou accompagné de kola amer. L'Amalá de Xangô peut également être préparé avec de la viande de bœuf, notamment une queue de bœuf. L'Amalá de Xangô est différent de l'àmàlà, un plat commun aux régions Yoruba du Nigeria.

Culture populaire

  • "Shango (Chant au dieu du tonnerre)" est un titre de Drums of Passion, un album publié par le percussionniste nigérian Babatunde Olatunji en 1960.
  • "Shango" est le titre d'un morceau de Hugh Masekela sur son album No Borders de 2016.
  • La chanson "Que Viva Chango" de Celina y Reutilio fait référence à la fois à Chango et à Santa Barbara.
  • Shango est un thème important dans la chanson " Congo Man " de Mighty Sparrow.
  • Caliban invoque Shango dans la pièce Une Tempête d'Aimé Césaire[14].
  • Shango apparaît comme un personnage mineur dans The Iron Druid Chronicles de Kevin Hearne.
  • Dans l'épisode 28 de la telenovela Celia, librement basée sur la vie de Celia Cruz (produite par Telemundo), les ancêtres culturels de l'héritage africain de Celia lui rendent visite dans ses rêves, chantant et invoquant la présence de Chango.
  • "Shango" est une piste bonus sur l'album 2x4 de Guadalcanal Diary.
  • Chango est interprété par Wale dans la saison 3 d'American Gods.

La danse de Chango

Comme vous pouvez le voir dans les mouvements du Chango, il utilise de grands mouvements agressifs qui le font paraître grand, vous pouvez voir sa passion pour la bataille et la domination. Sa danse appelle la foudre, lui demandant de frapper ses ennemis, lorsqu'il tend son bras vers le ciel et frappe vers le bas, le tambour Bata souligne les mouvements et produit des sons d'impact qui vous donnent la sensation de la frappe. 

Dans la danse, vous pouvez également voir les mouvements représentatifs de Chango lorsqu'il revêt ses vêtements royaux et sa couronne, soulignant ainsi sa masculinité et sa virilité. 
N'oubliez pas que la musique est improvisée et que chaque changement du motif du tambour modifie les mouvements et les intentions de Chango.  

De nos jours, les mouvements de danse du Chango sont toujours utilisés, notamment dans la Salsa cubaine. Ci-dessous, vous pouvez voir le roi de la salsa cubaine, Maykel Fonts, danser sur scène avec les musiciens de Maykel Blanco Y Su Salsa Mayor, et voir si vous pouvez reconnaître les mouvements de Chango et des autres Orishas.


Facebook

ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook Pixel

Facebook Pixel recueille des données qui nous aident à suivre les conversions des annonces Facebook, à optimiser les annonces, à créer des audiences ciblées pour les annonces futures et à faire du remarketing aux personnes ayant déjà effectué des actions sur notre site Web. En l'acceptant, vous acceptez la politique de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

YouTube

Les vidéos intégrées fournies par YouTube sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Vimeo

Les vidéos intégrées fournies par Vimeo sont utilisées sur notre site Web. En acceptant de les regarder, vous acceptez les règles de confidentialité de Vimeo: https://vimeo.com/privacy

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies

Google Ad

Notre site Web utilise Google Ads pour afficher du contenu publicitaire. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/technologies/ads?hl=fr