Le Son Montuno

Son montuno est un sous-genre de son cubain

Son montuno est un sous-genre de son cubano développé par Arsenio Rodríguez dans les années 1940. Bien que son montuno ("fils de la montagne") se référait auparavant aux sones joués dans les montagnes de l'est de Cuba, Arsenio a modifié le terme pour désigner une approche très sophistiquée du genre dans laquelle la section montuno contient des arrangements complexes de cor[1]. Il a également incorporé des solos de piano et a souvent subverti la structure des chansons en commençant par le montuno de manière cyclique. Pour son approche, Arsenio a dû étendre l'ensemble septeto existant au format conjunto qui est devenu la norme dans les années 1940 aux côtés des big bands. Les développements d'Arsenio ont finalement servi de modèle pour le développement de genres tels que la salsa, le songo et la timba

Sources: Wikipédia

Contexte

Le son cubano s'est développé à la fin du XIXe siècle et est rapidement devenu le genre le plus important de la musique populaire cubaine. De plus, il est peut-être la plus souple de toutes les formes de musique latino-américaine et est à la base de nombreuses formes de danse et de salsa d'origine cubaine. Sa grande force est la fusion entre les traditions musicales européennes et africaines.


Le son est né en Oriente, fusionnant la guitare espagnole et les traditions lyriques avec les percussions et les rythmes afro-cubains. Nous savons maintenant que son histoire en tant que forme distincte est relativement récente. Rien ne prouve qu'elle remonte à plus de la fin du XIXe siècle. Elle s'est déplacée de l'Oriente à La Havane vers 1909, portée par des membres du Permanent (l'armée), qui ont été envoyés hors de leur région d'origine par politique. Les premiers enregistrements remontent à 1918.


Il existe de nombreux types de fils, dont le fils montuno. Le terme a été utilisé de plusieurs façons. Il est probable que le "montuno" faisait référence à son origine dans les régions montagneuses de l'est de Cuba ; finalement, il a été utilisé pour décrire la dernière section up-tempo d'un son, avec sa semi-improvisation, son refrain vocal répétitif et son point culminant instrumental impétueux. Le terme a été utilisé dans les années 1920, lorsque les sextetos de son se sont installés à La Havane et ont fortement concurrencé les danzones plus anciens. 

Sources: Wikipédia