La timba cubaine

La Timba est un genre musical né à Cuba à la fin des années 1980. C'est ce que certains croient être La salsa cubaine, les deux genres ayant des racines communes (le son cubain), mais il s'agit de deux genres différents néanmoins, et on doit parler de timba et non de La salsa cubaine (que certains utilisent également pour désigner le son cubain), qui est représentée entre autres par des artistes tels que Willy Chirino ou Albita).

Le mot timba fait partie d'une large famille de mots issus des familles de langues africaines ìmbî et ìngî (tumba, rumba, marimba, kalimba, mambo, conga, charanga, bongo, ...) En argot cubain, Timba veut dire nouveau et Temba, vieux. Déjà en 1943, on trouve ce mot dans des titres ou des paroles de chansons, comme Timba timbero de Casino de la Playa ou Timba timba de Perez Prado. Jose Luis "El Tosco" Cortes, directeur de NG La Banda, mais aussi d'autres comme lui, revendique d'avoir été le premier à utiliser ce mot pour désigner ce nouveau genre musical.

Beaucoup de groupes de timba ont gardé l'ensemble traditionnel de charanga des années 1940, qui inclut basse, congas, claves, piano, violons, flûte mais modernisé avec une batterie (au moins la grosse caisse), un synthétiseur, parfois une guitare électrique, et une section cuivres (trombone et trompettes comme en salsa et peut inclure des saxophones).

Une des racines du genre est le rythme songo créé par le percussionniste José Luís Quintana ("Changuito"), à la demande de Juan Formell de Los Van Van, groupe le plus populaire de Cuba créé en 1969.

José Luis Cortés ("El Tosco") après avoir quitté Irakere a rassemblé un groupe de musiciens fortement doués, NG La Banda, ils enregistrent ce qui est considéré comme le premier album de timba, « En La Calle », en 1989.

On peut danser de la Rueda de casino sur la Timba, ou bien le Despelote, qui se danse seul, aux mouvements complexes (mouvements combinés) comme le « Tembleque » (le corps entier tremble en rythme).

Sources: Wikipédia


Dans la chanson « Esto te pone la cabeza mala », Los Van Van énoncent une partie des rythmes qui ont influencé la Timba : timba con rumba y rock, mambo con conga y pop, salsa con mozambique, y clave de guaguanco; cumbia y congas con swing, songo con samba y beat, merengue con bomba y son, y clave de guaguanco...

Beaucoup d'artistes de timba admettent aisément qu'ils ont été plus sous l'influence du funk, de la soul ou du jazz-rock que de la salsa. Ainsi, des groupes comme La Charanga Habanera ou Bamboleo ont souvent des cuivres ou d'autres instruments jouant des riffs d'Earth, Wind and Fire, de Kool & The Gang ou d'autres groupes américains de funk.

Beaucoup d'innovations ont été faites dans la façon de jouer, particulièrement sur la basse (avec des éléments de funk et de Rhythm and Blues), le piano (avec des éléments de musique classique comme Jean-Sébastien Bach), les cuivres (des fugues ou d'autres dispositions complexes) et le rythme de la clave. Il y a d'autres différences avec la salsa comme le changement fréquent entre les modes majeurs et mineurs, les rythmes fortement complexes (souvent basées sur santeria ou des rythmes abacua), les changements dans la vitesse et le grand nombre de pauses orchestrées.

Les paroles comportent souvent des expressions 'Lucumí' (le Yoruba cubain, utilisé presque exclusivement dans un contexte religieux), des références à la santeria, et contrairement à la salsa, elles font rarement des revendications sociales ou politiques (elles sont souvent sous-entendues), en partie à cause des circonstances politiques de Cuba. Elles sont souvent à double sens.

Source :    Wikipedia.org


Principaux artistes de Timba

  • Adalberto Álvarez y su Son
  • Áisar Hernández & El Expreso de Cuba
  • Alain Daniel y su New Casino
  • Alexander Abreu y Havana D'Primera
  • Ángel Bonne
  • Angel Yos Y La Mecanica Loca
  • Angelito Ramirez & El Tren Bala
  • Arnaldo y La Cosmopolita
  • Armando Mandy Cantero
  • Azúcar Negra (formé par Leonel Limonta)
  • Barbaro Fines y Su Mayimbe
  • Bakuleye
  • Bamboleo
  • Calle Real
  • Carlos Manuel y Su Clan
  • Chispa y sus Complices
  • Clave Cubana Timbera
  • Conexión Salsera
  • Coto y su Eco del Caribe
  • Cuba Jam (Russie)
  • Dan Den
  • Danny Lozada y su timba cubana
  • El Niño y La Verdad (Emilio Frias)
  • El Zorro
  • Elio Revé y su Charangon
  • Enrique Alvarez y su Charanga Latina
  • Fidel Morales y Proyecto Nega
  • Grupo Danson
  • Havana Mambo
  • Havana Power Band
  • Jesús Cutiño
  • Klimax
  • La Barriada
  • La Charanga Habanera
  • La Charanga Forever
  • Los Angeles de la Habana
  • Los Ases De La Timba
  • Los Conquistadores de la Salsa
  • Los Van Van
  • Maikel Blanco
  • Manolín « El Médico de la salsa »,
  • Manolito Simonet y su Trabuco
  • Maraca (Orlando « Maraca » Valle) (ne joue pas que la timba)
  • Michel Maza
  • Mixael Cabrera y su Team Barcelona
  • NG La Banda
  • N'Taya
  • Orquesta La 440
  • Osvaldo Chacon
  • Pachito Alonso y su Kini Kini
  • Papucho Y Su Manana Club
  • Pascualito y Su Tumbao Habana
  • Pavel Molina y La Songomania
  • Paulo FG
  • Pupy y Los que Son, Son (groupe de Cesar « Pupy » Pedroso, pianiste de Los Van Van)
  • Sello L.A.
  • Sur Caribe
  • The New Timberos All Stars
  • Timbalive de Miami
  • Tirso Duarte
  • Tomi y su Timbalight
  • Wil Campa
  • Yumurí y sus Hermanos

Une véritable explosion

La Salsa Cubaine est une danse et un genre musical qui a vu le jour à Cuba dans les années 1930 mais ce n’est que vers 1960 dans les quartiers de Harlem à New York qu’elle trouve son nom « salsa » qui signifie sauce en espagnol. Elle est plus qu’un simple phénomène de mode arrivé en Europe au début des années 80. Elle a su se complexifier, s’adapter et évoluer.

Actuellement chaque ville a son propre festival cubain alors qu’au début des années 2000 il n’y en avait aucun en France ! On peut la danser seul, en couple, ou en interaction avec d’autres couples. Dans ce dernier cas on parle de Rueda de Casino où un meneur indique aux autres couples des mouvements à effectuer. Ces échanges sont par essence codés et répondent à une rythmique propre et spécifique à la musique cubaine. En effet, il ne faut pas perdre de vue que la Salsa Cubaine n’est pas seulement une danse mais aussi un genre musical qui tire ses racines de l’Afrique.


Une danse populaire cubaine

Initialement une danse populaire, la Salsa Cubaine se retrouve dans tous les instants de la vie des cubains. Directement issue du ‘Son Cubain’ né au début du 20ème siècle, la Salsa Cubaine est une éponge qui absorbe et transpose toutes les influences de la culture caribéenne : la Rumba et le Reggaeton (Cuba), la Bachata et le Merengue (Rép. Dominicaine), le Dance Hall (Jamaïque).


La rythmique

La Salsa Cubaine ou style cubain est une danse qui impose une codification précise des passes, synchronisées par un minutage précis sur le rythme de base de la clave, avec les pas 1-2-3 sur les trois notes (aussi appelée tresillo en espagnol) de la mesure « forte », et les pas 5-6-7 sur les deux notes de la mesure « faible ».

Source :  Wikipedia.org


Les pas de base

Les pas de base sont les suivants :
Mambo : c'est le pas de base en position fermée, 
Vacilala : Le danseur fait le pas de base de la rumba et la fille fait le pas mambo en allant chercher plus sur le côté. La main gauche du danseur guide la fille en restant à hauteur de la taille.
Dile que si : c'est le pas de base en position ouverte, les deux partenaires dansent en miroir, l'homme a le centre du cercle vers sa gauche, la femme vers sa droite.
Salsa : Pas de base avec rotation du corps, à chaque fois le pied part en arrière.
Rumba, rumba croisé : Pas de base du danseur lors du sacala.

Source :  Wikipedia.org

  • Enchufla, enchufla doble : Cette passe, exécutée sur 123 567, permet de passer de la position "ouverte" à la position "fermée". Sur la dernière mesure du Enchufla, le garçon change de partenaire au 567 en passant par l'intérieur de la rueda ( un Dame ) .
  • Dile que no: Cette passe, exécutée sur 123 567, permet de passer de la position fermée à la position ouverte. C'est par cette passe simple que se finissent la plupart des autres passes, plus complexes. Il existe une sorte de "dile que no doble" appelé "coca-cola".
  • Sacala ou Exibela, Sacala doble ( deux Sacala ): Pas de base lors duquel la danseuse, face au centre de la rueda, exécute un tour à droite sur 567. Pour le guidage, le garçon doit lever le bras gauche ( donc le droit de la fille en même temps ) sur le temps 3 pour faire passer la fille en dessous.

Source :  Wikipedia.org


Timba: salsa con afro... Passo Libre...