LA RUMBA CUBAINE


La Rumba est un genre de musique cubaine séculaire qui comprend la danse, les percussions et la chanson. Elle est née dans les régions du nord de Cuba, principalement dans les villes de La Havane et de Matanzas, à la fin du XIXe siècle. Elle est basée sur les traditions africaines de musique et de danse, à savoir l'Abakuá et le yuka, ainsi que sur les coros de clave basés en Espagne. Selon Argeliers León, la rumba est l'un des principaux "complexes de genre" de la musique cubaine, et le terme complexe de la rumba est aujourd'hui couramment utilisé par les musicologues. Ce complexe englobe les trois formes traditionnelles de la rumba (yambú, guaguancó et columbia), ainsi que leurs dérivés contemporains et d'autres styles mineurs.

Traditionnellement exécutée par des travailleurs pauvres d'origine africaine dans les rues et les solares (cours), la rumba reste l'une des formes de musique et de danse les plus caractéristiques de Cuba. L'improvisation vocale, la danse élaborée et le tambour polyrythmique sont les éléments clés de tous les styles de rumba. Les cajones (boîtes en bois) ont été utilisées comme tambours jusqu'au début du XXe siècle, où elles ont été remplacées par des tumbadoras (tambours de conga). Au cours de l'histoire du genre, qui a commencé dans les années 1940, de nombreux groupes de rumba ont connu le succès, tels que Los Papines, Los Muñequitos de Matanzas, Clave y Guaguancó, AfroCuba de Matanzas et Yoruba Andabo.

Depuis ses débuts, la popularité de ce genre s'est largement limitée à Cuba, bien que son héritage se soit étendu bien au-delà de l'île. Aux États-Unis, il a donné son nom à la "rumba de salon" ou rhumba, et en Afrique, le soukous est communément appelé "rumba congolaise" (bien qu'il soit en fait basé sur le son cubano). Son influence en Espagne est attestée par la rumba flamenca et ses dérivés comme la rumba catalane. 

Source :  Wikipedia.org

Étymologie

L'origine du terme rumba reste inconnue et aucune information étymologique n'est fournie par le Diccionario de la lengua española. Selon Pascual et Coromines, le mot dérive de "rumbo", qui signifie "tumulte" (et auparavant "pompe") et aussi "le cours d'un navire", qui lui-même peut dériver du mot "rombo" ("losange"), un symbole utilisé dans les boussoles.Dans le documentaire La rumba de 1978, réalisé par Óscar Valdés, il est dit que le terme rumba est originaire d'Espagne pour désigner "tout ce qui est considéré comme frivole", dérivant du terme "mujeres de rumbo".Toutefois, à Cuba, le terme pourrait provenir d'une langue bantoue ou d'Afrique de l'Ouest, en raison de sa similarité avec d'autres mots afro-caribéens tels que tumba, macumba, mambo et tambó. Au cours du XIXe siècle à Cuba, plus précisément dans les villes de La Havane et de Matanzas, les personnes d'origine africaine utilisaient à l'origine le mot rumba comme synonyme de fête. Selon Olavo Alén, dans ces régions, " [avec le temps] la rumba a cessé d'être simplement un autre mot pour désigner la fête et a pris le sens à la fois d'un genre musical cubain défini et d'une forme de danse très spécifique.Les termes rumbón et rumbantela sont fréquemment utilisés pour désigner les spectacles de rumba dans les rues. De nombreux autres termes ont été utilisés à Cuba pour désigner les fêtes, tels que changüí (en Oriente), guateque (dans les régions rurales), tumba (par les Afro-Cubains), bembé (associé à la Santería), macumba et mambo.

En raison de son étymologie large, le terme rumba a conservé historiquement un certain degré de polysémie. À la fin du XIXe siècle, les paysans cubains (guajiros) ont commencé à exécuter des rumbitas lors de leurs fêtes (guateques, changüís, parrandas et fiestas patronales). Ces chants prenaient en fait la forme de guarachas urbaines (et non de rumbas proprement dites), qui avaient un mètre binaire, contrairement au mètre ternaire des genres ruraux traditionnels tels que la tonada et le zapateo. De même, dans le théâtre bufo cubain du début du XXe siècle, les guarachas qui étaient chantées à la fin du spectacle étaient appelées rumba finale, bien qu'elles ne présentent aucune ressemblance musicale avec la rumba proprement dite. 

Source :  Wikipedia.org

Instrumentation

L'instrumentation de la rumba a varié historiquement en fonction du style et de la disponibilité des instruments. Les instruments de base de tout ensemble de rumba sont les claves, deux bâtons en bois dur que l'on frappe l'un contre l'autre, et les congas : quinto (tambour principal, le plus aigu), tres dos (le moyen) et tumba ou salidor (le grave). Parmi les autres instruments courants, on trouve le catá ou guagua, un cylindre en bois ; les palitos, des bâtons en bois pour frapper le catá ; les shakers comme le chekeré et les maracas ; les instruments à percussion à grattoir comme le güiro ; les cloches et les cajones, des boîtes en bois qui précédaient les congas.Au cours des années 1940, le genre a connu une influence mutuelle avec son cubano, en particulier avec le Septeto Nacional d'Ignacio Piñeiro et le conjunto d'Arsenio Rodríguez, ce qui a conduit à l'incorporation d'instruments tels que le tres, la contrebasse, la trompette et le piano, et à la suppression des instruments idiophones.À la même époque, les big bands cubains, en collaboration avec des artistes musicaux comme Chano Pozo, ont commencé à inclure d'authentiques rumbas parmi leurs pièces de danse. Le groupe AfroCuba de Matanzas, fondé en 1957, a ajouté les tambours batá à l'ensemble traditionnel de rumba dans leur style, connu sous le nom de batá-rumba. Plus récemment, la rumba a cappella (uniquement vocale, sans instruments) a été interprétée par l'ensemble cubain Vocal Sampling, comme on peut l'entendre dans leur chanson "Conga Yambumba".

Source :    Wikipedia.org

Histoire

Les esclaves africains ont été amenés à Cuba pour la première fois au 16ème siècle par les premiers colons espagnols. En raison de l'importance du sucre en tant qu'exportation à la fin du 18e et au début du 19e siècle, un nombre encore plus important de personnes originaires d'Afrique ont été réduites en esclavage, amenées à Cuba et forcées de travailler dans les plantations de sucre. Là où vivaient de grandes populations d'esclaves africains, la religion, la danse et les tambours africains ont été clandestinement préservés au fil des générations. La conservation de la culture chez les Bantous, les Yorubas, les Fon (Arará) et les Efiks (Abakuá) a eu l'impact le plus significatif dans l'ouest de Cuba, où la rumba est née. L'interaction constante des Africains et des Européens sur l'île a donné naissance à ce que l'on appelle aujourd'hui la culture afro-cubaine. C'est un processus connu sous le nom de transculturation, une idée que l'universitaire cubain Fernando Ortiz a mise en avant dans des études culturelles comme Cuban Counterpoint : Le tabac et le sucre. La transculturation cubaine fusionne la culture espagnole avec les cultures africaines, comme dans le cas de la rumba. Ortiz considérait la transculturation comme une force sociale positive : "consacrant la nécessité d'une compréhension mutuelle sur une base objective de vérité pour avancer vers l'intégrité définitive de la nation".

La plupart des ethnomusicologues s'accordent à dire que les racines de la rumba se trouvent dans les solares de La Havane et de Matanzas dans les années 1880] Les solares, également appelés cuarterías, étaient de grandes maisons dans les quartiers pauvres des docks de La Havane et de Matanzas. De nombreuses figures importantes de l'histoire de la rumba, de Malanga à Mongo Santamaría, ont été élevées dans des solares. L'esclavage a été aboli en 1886 et la première génération de citoyens noirs libres était souvent appelée negros de nación, terme que l'on retrouve couramment dans les paroles des chansons de la rumba.

Les premiers ancêtres des styles urbains de la rumba (yambú et guaguancó) se sont peut-être développés au début du XIXe siècle dans les casernes d'esclaves (barracones), bien avant que l'utilisation du terme rumba en tant que genre ne s'impose.Ces styles de proto-rumba étaient probablement instrumentés avec des objets ménagers tels que des boîtes et des tiroirs au lieu des congas, et des poêles à frire, des cuillères et des bâtons au lieu des guaguas, des palitos et des claves. Si ces premiers précurseurs de la rumba ont été à peine documentés, les précurseurs directs vers le milieu et la fin du XIXe siècle ont été largement étudiés. Les styles de la rumba urbaine sont ancrés dans les coros de clave et les coros de guaguancó, des chœurs de rue qui dérivent des orfeones espagnols. En outre, la danse et la musique yuka d'origine congolaise, très répandues, ont été intégrées dans ces chœurs, leur prêtant leurs instruments de percussion et leurs mouvements de danse. En outre, les traditions secrètes des Abakuá, enracinées dans la région de Calabar en Afrique de l'Ouest, qui prévalaient à la fois à La Havane et à Matanzas, ont également influencé le développement de la rumba en tant que genre syncrétique. 

Source :    Wikipedia.org

Histoire | Reconnaissance précoce et enregistrements

La rumba a servi d'expression à ceux qui étaient opprimés, ce qui a donné naissance à une identité sociale et raciale avec la rumba. La synthèse des cultures est visible dans la rumba parce qu'elle "présente à la fois une continuité avec les traditions anciennes et le développement de nouvelles traditions". La rumba elle-même est une combinaison de musique, de danse et de poésie". Pendant l'esclavage, et après son abolition, la rumba a servi d'exutoire social aux esclaves opprimés et à la classe marginale qui se faisait généralement danser dans les rues ou les arrière-cours des zones urbaines. On pense que la rumba s'est développée à partir des circonstances sociales de La Havane parce qu'elle "était le centre d'un grand nombre d'Africains réduits en esclavage à la fin du XVIIIe siècle"]. La rébellion était difficile et dangereuse, mais la protestation sous une forme déguisée était souvent exprimée par de la musique et de la danse récréatives".

Même après l'abolition de l'esclavage à Cuba, il restait encore des inégalités sociales et raciales, que les Afro-Cubains ont traitées en utilisant la musique et la danse de la rumba comme exutoire de leur frustration. Les Afro-Cubains ayant moins de possibilités économiques et la majorité vivant dans la pauvreté, le style de danse et de musique n'a pas gagné en popularité et en reconnaissance nationale avant les années 1950, et surtout après les effets de la révolution cubaine de 1959, qui l'a institutionnalisé. Les premiers enregistrements commerciaux de rumba cubaine en studio ont été réalisés en 1947 à New York par Carlos Vidal Bolado et Chano Pozo pour le SMC Pro-Arte, et en 1948 à La Havane par Filiberto Sánchez pour Panart. Les premiers enregistrements commerciaux de rumba en ensemble ont été réalisés au milieu des années 1950 par Alberto Zayas et son Conjunto Afrocubano Lulú Yonkori, ce qui a donné le tube de 1956 "El vive bien". Le succès de cette chanson a incité à promouvoir un autre groupe de rumba, Los Muñequitos de Matanzas, qui est devenu extrêmement populaire. Avec Los Muñequitos, Los Papines ont été le premier groupe à populariser la rumba à Cuba et à l'étranger. Leur version très stylisée du genre a été considérée comme une approche "unique" et "innovante". 

Source :    Wikipedia.org

Influence | traditions afro-cubaines

La Rumba a influencé à la fois les traditions africaines de tambour transplantées et la musique de danse populaire créée sur l'île. En 1950, Fernando Ortíz a observé l'influence de la rumba sur le tambour batá cérémonial : "Les tambours sont alarmés par le désordre qui se répand dans les temples concernant les toques liturgiques ["rythmes batá"]. Les gens veulent s'amuser et demandent des arrumbados, qui sont des toques semblables aux rumbas et qui ne sont pas orthodoxes selon les rites ; les tambours qui ne satisfont pas les fidèles, qui sont ceux qui payent, ne sont pas appelés à jouer et s'ils ne jouent pas, ils ne perçoivent pas".

Les rythmes batá chachalokuafun et ñongo en particulier ont absorbé l'esthétique de la rumba. déclare Michael Spiro : "Quand j'entends le ñongo joué par les jeunes batteurs d'aujourd'hui, j'entends de la rumba". Dans le chachalokuafun, le tambour okónkolo aigu, généralement le batá le plus basique et le plus répétitif, improvise indépendamment des conversations qui se déroulent entre les deux autres tambours (iyá et itótele), d'une manière suggestive de la rumba.

Le style contemporain d'accompagnement du tambour principal de l'ensemble chekeré, appelé agbe ou guiro, est joué sur le quinto aigu, au lieu de la tumba grave comme c'était le cas auparavant. La partie a évolué du vocabulaire du bembé caja (tambour principal) vers des phrases semblables au quinto.

La rumba a eu une influence notable sur les cérémonies du cajón pa' los muertos. Dans un rare cas, le yambú laïque a été adopté dans cette religion afro-cubaine.
Source : Wikipedia.org

Influence | sur la musique contemporaine

De nombreuses innovations rythmiques dans la musique populaire cubaine, du début du XXe siècle à nos jours, ont consisté à incorporer des éléments de la rumba dans le modèle basé sur le son. Par exemple, des bongos incorporant des phrases de quinto sont entendus sur des enregistrements de son des années 1920. Plusieurs des timbales de cloche de vache introduites pendant l'ère du mambo dans les années 1940 sont des modèles de guaguancó guagua de style havanais :

Les descargas (jams sessions essentiellement instrumentales), où l'improvisation influencée par le jazz s'est développée, ont d'abord été connues sous le nom de rumbitas au début des années 1940. Les musiciens improvisaient avec une sensibilité à la rumba. Dans les années 1950, le vocabulaire rythmique du quinto de la rumba était à l'origine d'un grand nombre de phrases et de passages rythmiquement dynamiques entendus dans la musique populaire cubaine et le jazz latin. Même avec les solos de percussion tape-à-l'œil d'aujourd'hui, où l'on utilise des rudiments de caisse claire et d'autres techniques très développées, l'analyse des accents dominants révélera souvent une structure sous-jacente du quinto .

À la fin des années 1970, le guaguancó a été incorporé à la musique populaire cubaine dans le style connu sous le nom de songo. Les congas de songo jouent un hybride du salidor et du quinto, tandis que les timbales ou la batterie jouent un embellissement du guagua de style Matanzas.
Guagua guaguancó guagua à la manière de Matanzas.

Modèle de base de bâton de songo.
Les musiciens de timba contemporains citent la rumba comme source d'inspiration principale pour la composition et l'arrangement. Le compositeur de timba Alain Pérez déclare : "Pour obtenir cette sensation spontanée et naturelle, il faut connaître la rumba . . . toutes les percussions, le quinto improvisant".
Source : Wikipedia.org

Construction

Ces trois formes musicales sont construites autour de la clave, originairement en 6/8, puis ayant dérivé en 2/2, de par le "remplissage" polyrythmique en 4 débits sur trois décompositions du temps. Par ailleurs et au contraire, dans la columbia, le discours "soliste" du quinto marque fréquemment 4 débits sur la décomposition ternaire des pulsations La rumba est un des genres les plus andalou-africains de Cuba.


Source :  Wikipedia.org

Il en existe quatre formes ou Styles

Traditionnellement, la rumba a été classée en trois sous-genres principaux : yambú, guaguancó et columbia. Le yambú et le guaguancó sont tous deux originaires des solares, grandes maisons des quartiers les plus pauvres de La Havane et de Matanzas habitées en majorité par les descendants d'Africains réduits en esclavage[35]. Les deux styles sont donc majoritairement urbains, dansés par des hommes et des femmes, et présentent une "binarisation" historique de leur mesure, comme le décrit le musicologue cubain Rolando Antonio Pérez Fernández.En revanche, la colombie a une origine essentiellement rurale, également dans les régions centrales de Cuba, étant presque exclusivement dansée par des hommes, et restant beaucoup plus ancrée dans les traditions ouest-africaines (en particulier les traditions abakuá), ce qui est illustré par son triple mètre. Au cours du XXe siècle, ces styles ont évolué et d'autres sous-genres sont apparus, comme le guarapachangueo et la batá-rumba. Dans tous les styles de rumba, il y a une augmentation progressive de la tension et de la dynamique, non seulement entre les danseurs mais aussi entre les danseurs et les musiciens et les danseurs et les spectateurs/participants".

Le yambú

Le terme dérive de Yambula, la "tierra de les remolinos", terre des tourbillons. Souvenir des terres africaines des collines Briyumba où les tourbillons aériens ne sont pas rares encore aujourd'hui. D'où sa danse traditionnelle qui consiste en tours sur soi, aussi bien des hommes que des femmes. À n'en pas douter, tourner sur soi-même provoque un état modifié de conscience que les populations africaines interprétaient comme la possession par l'esprit des ancêtres. Cette danse passée de mode est le reflet des générations anciennes ! Les plus jeunes qui s'y osent imitent par conséquent les maladresses physiques de l'âge. Le Yambu est également mimé sur ce rythme: le Saint Lazare-Babalu Aye-Coballende, divinité protectrice des malades et lui-même atteint de la lèpre, cheminant en tremblant appuyé sur des béquilles. Le Yambu débute par une assez longue introduction appelée « diana », appel de tambour et arpèges de voix, à l'imitation des sonneries militaires clairon-caisse roulante et également souvenir du lalaeo des gitans d'Andalousie. Puis, le "gallo" (le coq) chante une décima, forme poétique issue du romance andalou, dix vers octosyllabiques, puis c'est le montuno qui progresse jusqu'à sa conclusion par des chœurs de plus en plus courts et une accélération réelle du tempo, évocation des tourbillons sus-mentionnés.

Le guaguancó

Le guaguancó est le style de rumba le plus populaire et le plus influent. Il est similaire au yambú dans la plupart de ses aspects, en ayant dérivé de celui-ci, mais il a un tempo plus rapide. Le terme "guaguancó" désignait à l'origine un style de chant narratif (coros de guaguancó) issu des coros de clave de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Selon Rogelio Martínez Furé : "[Les] vieux prétendent que le guaguancó est à proprement parler le récit". Le terme guaguancó lui-même peut dériver de façon étymologique de l'instrument guagua.

Le Guaguancó est une danse de couple de compétition sexuelle entre l'homme et la femme. L'homme tente périodiquement d'"attraper" sa partenaire par une simple poussée de son bassin. Ce mouvement érotique est appelé vacunao ("vaccination" ou plus précisément "injection"), un geste dérivé du yuka et du makuta, symbolisant la pénétration sexuelle. Le vacunao peut également être exprimé par un geste soudain de la main ou du pied. Le quinto accentue souvent le vacunao, généralement comme la résolution d'une phrase couvrant plus d'un cycle de clave. Tenant les extrémités de sa jupe tout en déplaçant de manière séduisante le haut et le bas de son corps dans un mouvement contraire, la femme "ouvre" et "ferme" sa jupe en cadence rythmée par la musique. Le mâle tente de distraire la femelle avec des pas fantaisistes (souvent contre-métriques), accentués par le quinto, jusqu'à ce qu'il soit en mesure de lui "injecter". La femme réagit en se détournant rapidement, en rapprochant les extrémités de ses jupes ou en couvrant son aine avec sa main (botao), ce qui bloque symboliquement l'"injection". La plupart du temps, le danseur ne parvient pas à "attraper" son partenaire. La danse est exécutée avec un humour bon enfant.

Vernon Boggs affirme que "l'expertise de la femme en matière de danse réside dans sa capacité à séduire l'homme tout en évitant habilement d'être touchée par son vacunao". 

La columbia

La Columbia : Ancienne forme, dont le rythme est en 6/8. Née à Matanzas. Expression des travaux agraires et de la sexualité virile, elle est aussi un danse-mime de l'esclave se libérant de ses entraves. C'est originellement une danse d'hommes virtuose, au rythme rapide. Elle peut servir de joute, chacun son tour montre son habileté aussitôt suivi par un autre qui essaiera de le surpasser.

La Colombia est une rumba rapide et énergique, en triple impulsion (6/8, 12/8) structure, et accompagnait souvent le motif standard de cloche frappé sur un guataca ("lame de houe") ou une cloche métallique. La Colombia est née dans les hameaux, les plantations et les quais où les hommes d'origine africaine travaillaient ensemble. Contrairement aux autres styles de rumba, la colombie est traditionnellement destinée à être une danse masculine en solo.

Selon le maître et historien de la rumba cubaine Gregorio "El Goyo" Hernández, la columbia est née des motifs de tambour et des chants des traditions religieuses cubaines Abakuá. Les motifs du tambour de la conga la plus basse sont essentiellement les mêmes dans la columbia et l'Abakuá. Le phrasé rythmique du tambour de tête Abakuá bonkó enchemiyá est similaire, et dans certains cas, identique aux phrases du quinto de la columbia.

À Matanzas, la mélodie de la partie de base du quinto columbia alterne avec chaque clave. Comme on le voit dans l'exemple ci-dessous, la première mesure est tone-slap-ton, tandis que la deuxième mesure est l'inverse : slap-tone-slap.

Le rythme guagua (cáscara ou palito) de la columbia, battu soit avec deux bâtons sur un guagua (morceau de bambou évidé) soit sur le bord des congas, est le même que celui utilisé dans la musique abakuá, joué par deux petits hochets tressés (erikundi) remplis de haricots ou d'objets similaires. Une main joue le motif de la rumba clave à triple impulsion, tandis que l'autre joue les quatre temps principaux.

La mélodie fondamentale des tambours salidor et segundo de la columbia de style havanais est une embellie de six temps croisés. Les tons ouverts combinés de ces tambours génèrent la base mélodique. Chaque temps croisé est "doublé", c'est-à-dire que la pulsation suivante est également sonnée.

Les phrases du quinto de Columbia correspondent directement aux pas de danse qui l'accompagnent. Le schéma des coups de quinto et le schéma des pas de danse sont parfois identiques, et d'autres fois, ils sont assortis de manière imaginative. Le joueur de quinto doit être capable de changer de phrase immédiatement en réponse aux pas toujours changeants du danseur. Le vocabulaire du quinto est utilisé pour accompagner, inspirer et, d'une certaine manière, concurrencer la chorégraphie spontanée des danseurs. Selon Yvonne Daniel, "le danseur de columbia se rapporte kinesthésiquement aux tambours, en particulier au quinto (...) et essaie d'initier des rythmes ou de répondre aux riffs comme s'il dansait avec le tambour comme partenaire".

Les hommes peuvent aussi se mesurer à d'autres hommes pour montrer leur agilité, leur force, leur confiance et même leur sens de l'humour. Certains de ces aspects de la rumba Columbia sont dérivés d'un art martial cubain colonial appelé juego de maní qui partage des similarités avec la capoeira brésilienne. La Colombie incorpore de nombreux mouvements dérivés des danses Abakuá et yuka, ainsi que du flamenco espagnol, et les expressions contemporaines de la danse incorporent souvent des mouvements de breakdance et de hip-hop. Au cours des dernières décennies, les femmes ont également commencé à danser la colombie. 

La siguirya

La plus ancienne et la plus rapide est la Siguirya, terme que l'on retrouve dans la nomenclature flamenca, ce rythme est à 6/8, extrêmement rapide et se jouait sur les tambours congos. C'est un dérivé de ce qu'on nomme aujourd'hui Palo Congo. Pelladito était un des rares à savoir le jouer encore. Depuis son décès, plus personne ne pratique cette forme musicale. Seuls les hommes, détenteurs du Malembé, force, énergie originelle, avaient le droit de la danser.

Autres usages du mot « rumba »

  • Rumba flamenca: Au cours du XVIIIe siècle, la guaracha cubaine va être adoptée par les gitans de Séville en Espagne et au Portugal, et prendre le nom de rumba flamenca. Elle est avant tout une musique conviviale, peu compliquée (rythmique plutôt simple et répétitive plus solo) elle est idéale pour jouer à plusieurs, entre joueurs débutants et confirmés. Les Gipsy Kings en sont l'emblème, mais elle a été jouée aussi par de grands guitaristes flamenco comme Paco de Lucía (Río Ancho, Entre Dos Aguas) ou encore Paco Pena (La Lola).
  • Rumba catalane: La naissance de la rumba catalana commence dans les rues du Raval de Barcelone avec des personnages tels que Orelles ou El Toqui. La rumba catalane est un dérivé de la rumba flamenca mais elle intègre des influences du son cubain et du mambo. Le plus important représentant de la rumba catalane, développée principalement à partir des années 1960 est Peret, de son vrai nom Pedro Pubill Calaf, inventeur du ventilador. La rumba catalane mélange les ingrédients de la rumba flamenca, du son et du mambo mais également du rock. Parmi ses ambassadeurs les plus célèbres citons : Peret, Gato Perez ou Pescaílla…
  • Rumba congolaise: Dans les années 1920, la rumba cubaine aura une grande postérité au Congo. Les décennies qui suivent l'indépendance sont l'âge d'or de la rumba congolaise (Franco, Tabu Ley Rochereau…).
  • Rumba (danse de salon): Vers 1930, le son cubain est renommé rumba aux États-Unis, sous l'impulsion de Xavier Cugat, et la rumba devient une danse de salon, qui fera partie des danses latines en danse sportive (malgré son nom, elle se danse plutôt sur des boléros cubains ou mexicains).
Source :    Wikipedia.org

Liens Externes

Histoire de la rumba (cubaine) sur montunocubano.com

Source :    Wikipedia.org

Facebook

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.

Facebook

Notre site Web vous permet d’aimer ou de partager son contenu sur le réseau social Facebook. En l'utilisant, vous acceptez les règles de confidentialité de Facebook: https://www.facebook.com/policy/cookies/

Twitter

Les tweets intégrés et les services de partage de Twitter sont utilisés sur notre site Web. En activant et utilisant ceux-ci, vous acceptez la politique de confidentialité de Twitter: https://help.twitter.com/fr/rules-and-policies/twitter-cookies